Le bardage bois offre un manteau neuf à votre maison. En permettant une meilleure isolation, il change l’aspect de la façade et s’adapte à tous les styles.

Le bardage bois a tous les talents. Sur le plan esthétique, il se marie bien avec d’autres matériaux comme la pierre, le béton, les ardoises ou les tuiles. C’est un revêtement de façade aussi pertinent pour les demeures anciennes que pour les pavillons traditionnels ou le bâti contemporain. Il est capable de rajeunir une maison vieillissante, à l’occasion d’une isolation par l’extérieur ou d’un agrandissement.    Se posant facilement sur le bâti existant, ce type de bardage est bien adapté à une isolation par l’extérieur en plaçant un isolant rigide en dessous. D’autant que la force d’inertie du bois et sa faible conductivité évitent les déperditions de chaleur et suppriment les effets de condensation. C’est une excellente solution pour pallier les problèmes de discontinuités entre les matériaux et les parois entraînant des pertes de chaleur.    Masquant les éventuelles irrégularités du mur, le bardage bois offre un nouveau style à la maison en changeant l’apparence de la façade. Il peut la recouvrir entièrement comme un manteau neuf mais aussi partiellement, par exemple seulement sur l’étage ou pour habiller une avancée, un sas d’entrée, ou encore en soulignant un seul pan de façade ou un angle de la maison. C’est aussi tout naturellement le revêtement choisi pour une extension réalisée en ossature bois.

A la scandinave ou à l’américaine ?

La mise en œuvre est possible en pose verticale « à la scandinave », ce qui permet un écoulement plus efficace de l’eau de pluie, ou horizontale « à l’américaine » qui a pour effet visuel d’allonger la façade. Alterner l’une et l’autre sur des façades différentes produit un style architectural moins homogène. La pose à claire-voie consiste à superposer les lames de bois en laissant un espace entre les deux pour un style plus aéré, résolument moderne.   Disponibles en différentes largeurs, les lames peuvent être en bois massif résistant sans traitement à l’humidité et aux insectes xylophages : mélèze, douglas, Red Cedar, châtaignier, robinier…    Laissé à l’état naturel, le bardage prend une teinte grise au fil du temps. En fonction des essences utilisées, le bois doit être traité pour gagner en longévité, soit chimiquement en autoclave, soit par un procédé de modification thermique.   Mêlant fibres de bois et résines plastiques, le bois composite reste stable face aux intempéries. Plus artificiel, moins nature et authentique, ce bardage propose un choix de couleurs (gris, bleu, taupe, rouge basque...) qui apporte une touche d’originalité aux façades et donne du caractère à la maison.

APEI-Actualités