Les volets battants sont les rois de l’esthétisme alors que les roulants ont l’avantage de l’automatisme. Les uns et les autres peuvent être installés en rénovation.

Au palmarès des ventes, ce sont les volets roulants qui l’emportent puisqu’ils représentent actuellement 73 % du marché. Ils ont notamment la cote dans le neuf car il est facile d’encastrer leur coffrage dans la maçonnerie et que leur ligne s’adapte parfaitement aux fenêtres, portes-fenêtres et baies vitrées des maisons contemporaines. En PVC ou aluminium doublé d’une paroi avec rupteurs de ponts thermiques, ils sont capables d’assurer une bonne isolation mais leur atout majeur reste l’automatisation.    Motorisés via un interrupteur ou une télécommande, les volets roulants profitent du développement de la domotique. Ils peuvent ainsi s’ouvrir et se fermer simultanément dans toutes les pièces. Un système très pratique dans le cadre de l’adaptation des logements au maintien à domicile des personnes âgées.    Il est tout à fait possible d’installer des volets roulants en rénovation sans travaux lourds. Le coffre dans lequel s’enroule le tablier du volet doit alors être posé à l’extérieur de la maison, intégré sous le linteau de la fenêtre ou, plus apparent, au-dessus sur le mur. La première solution est plus esthétique que la seconde mais elle fait perdre un peu de luminosité à la pièce.

Un atout : la motorisation

A moins de se contenter d’un volet roulant manuel, c’est vrai qu’il est plus compliqué de le relier à l’alimentation électrique en rénovation qu’en neuf. Equipé d’un capteur photovoltaïque placé sur le coffre, le volet solaire apporte une solution permettant un fonctionnement automatisé.    Plus traditionnel, les volets battants restent une valeur sûre, habillant à merveille les façades du bâti ancien, des maisons de caractère ou des pavillons traditionnels. Compatibles avec les différents styles de construction régionaux, ils apportent un incontestable cachet aux fenêtres et portes-fenêtres. Le bois s’ajoute à la gamme de matériaux qui leur confère une bonne isolation thermique, rigidité et robustesse. Leur durée de vie est en général plus longue que celle des volets roulants. Leur installation est facile, il suffit de les fixer sur le mur extérieur de la maison par des gonds sur lesquels ils pivotent pour s’ouvrir et se fermer.    Le point faible des volets battants reste la motorisation. Elle est certes possible grâce à un module installé sous le linteau de la fenêtre et relié aux volets par des bras articulés, mais souvent jugés disgracieux. Ce système peine à convaincre les inconditionnels de l’automatisation.

APEI-Actualités